samedi 27 janvier 2018

Je te hais... passionnément


JE TE HAIS... PASSIONNÉMENT 
ou la romance dans tout ce qu'elle a de plus cliché / problématique
Sara Wolf
Edition PKJ


Résumé

Règle numéro 1 : Ne jamais parler d'amour
Règle numéro 2 : Ne jamais penser à l'amour
Règle numéro 3 : Eviter tout sentiment

Isis Blake, 17 ans, a un objectif : ne JAMAIS retomber amoureuse. Alors qu’elle tente de s’intégrer dans son nouveau lycée, elle tient à ce que personne n’apprenne qu’avant elle était obèse… et qu’elle avait un coeur. Mais, au lieu de se faire discrète, Isis colle son poing dans la figure de Jack Hunter, celui qu’on surnomme » le Prince de Glace « . Dès lors les couloirs du lycée deviennent un champ de bataille. Leur guerre sera sans merci…


Ce que j'en pense

Les romances, c'est pas vraiment mon truc, j'en lis très peu. C'est un genre que je trouve souvent rempli de clichés quand tout va bien, carrément problématique dans le pire des cas. Mais pourquoi, diable, avoir lu ce livre là alors ? Hé bien j'ai eu envie, pour une fois, de retenter la lecture d'une romance, j'étais prête à ne pas être trop exigeante pour y prendre juste ce que j'étais venue y chercher, soit de la détente. Et si mon choix s'est porté sur ce roman en particulier, c'est pour ses nombreuses critiques élogieuses. Et parce que je l'ai trouvé d'occasion, faut pas déconner non plus j'étais pas prête à me lancer dans de la romance plein tarif !

Je vous propose un format de chronique un peu différent aujourd'hui pour revenir sur ce que je n'ai pas aimé dans ma lecture, sur toutes ces choses que j'aimerais ne plus voir dans une romance (je me suis limitée à un échantillon de citations sur les 100 premières pages, c'était déjà bien assez douloureux comme ça.).


Les personnages principaux aux histoires difficiles et douloureuses
J'étais presque prête à passer outre celui-ci tant je n'espérais même plus trouver une romance YA qui en soit dépourvue, et je dois avouer que ce n'est pas celui qui me dérange le plus, outre l'aspect larmoyant qu'il donne à tout le reste de l'histoire et qui, à la longue, est un petit peu agaçant. Enfin disons qu'il a davantage tendance à me faire rire jaune plutôt qu'à m'énerver conséquemment.

Isis : « [à propos de la mère d'Isis] Ce n'est pas sa faute. Certains jours sont moins bons que d'autres. Tout ça à cause de ce connard qui la battait. Si papa était là, il réussirait à lui arracher un sourire. Sauf qu'il a refait sa vie avec sa nouvelle famille. » p.30

Jack : « Ça me brûle depuis cette fameuse nuit, il y a cinq ans. Je mérite de souffrir. C'est mon châtiment. […] Mais c'est ma punition pour le mal que j'ai fait. Et je l'accepte. » p.78


Le mec mystérieux et froid aimé de toutes les filles du bahut
Pas trop de suspense ici, Jack est surnommé Le Prince de Glace, ce qui campe directement la nature du personnage. De manière plus ou moins douteuses, pullulent ensuite les allusions à sa froideur :

« ses yeux ont la couleur d'un lac gelé » p.15

« quand on s'attaque à un iceberg comme Jack Hunter » p.32

« Mais Jack ? Ce mec est glacial et hermétique. Mortellement sérieux, tranchant comme un katana, et plus désorientant que le blizzard en décembre. » p.80

Comme tout le monde le sait, rien ne vaut un mec qui se sent tellement supérieur aux autres qu'il refuse de se mélanger à eux. Au sein du lycée, Jack se limite à être un distributeur de regards glacials ou, à la limite, de petites phrases cruelles qui tapent systématique là où ça fait le plus mal. Pas de doute, il y a de quoi tomber en pâmoison. Le mec sympa, intelligent et drôle à côté, tout le monde s'en fiche. Nan mais c'est quoi cette apologie du mec cruel ? Sérieusement ? Et venez pas me dire que le mec a un passé difficile (cf. le point 1) et que ce n'est pas vraiment sa faute… (Ou qu'il faut gratter la couche de glace. Haha.)

« Les filles s'arrêtent net sur son passage et les garçons lui lancent des petits regards mauvais. » p.13

Jack à Isis : « Fais comme toutes les autres filles de ce lycée et contente-toi de me regarder avec des étoiles plein les yeux. » p.45

« Mercredi, quelqu'un a laissé une lettre d'amour sous les essuie-glaces de sa [à Jack] berline noire. Il l'a prise et déchirée sans l'ouvrir. Un gémissement s'est élevé au loin au moment où son auteure, une magnifique blonde du club théâtre, a explosé en mille morceaux. […] Mais si la pleurnicharde du club théâtre a été la première, elle n'a certainement pas été la dernière. […] j'ai dénombré quatre déclarations d'amour toutes plus créatives les unes que les autres. La fille chargée des infos du matin a annoncé que Jack s'était vu remettre un prix et qu'il pouvait venir le chercher après les cours. Elle répète ça CHAQUE MATIN depuis. […] Une fille membre du club d'arts plastiques sculpte une statue de Jack, nu, en posture grecque. » p. 64 à 66

Le problème est bien la façon dont les filles sont tournées en ridicule. Elles sont dénigrées et réduites à cet amour qu'elles vouent à Jack, sans le connaître. La dernière citation montre que même leurs activités – théâtre, journalisme, sculpture – sont entièrement tournées dans le but de le séduire. Je vous épargne les citations cette fois (ou JE m'épargne les citations) mais si jamais une fille devient trop proche de Jack, toutes les autres ne sont habitées plus que d'une seule chose, la jalousie… Bonjour l'image.


L'apologie de la beauté 
On arrive à une partie plus spécifique à Je te hais… passionnément et, pour le coup, vraiment problématique (ou encore plus problématique). Isis arrive donc dans un nouveau lycée, dans une nouvelle ville, loin de sa vie d'avant. Avant, quand elle avait 40 kg de plus et que personne ne voulait d'elle. Bon alors. Le traitement du poids est très maladroit. En dehors d'une remarque d'Isis qui nous dit, alors qu'elle se regarde dans un miroir, « Perdre du poids ne m'a pas rendue plus jolie. », l'idée est plutôt à l'association grosse = moche. En effet si Isis continue à ne pas aimer son physique, on comprend vite que les autres personnages ne sont pas du même avis alors, qu'avant, elle nous fait bien comprendre qu'elle était la fille moche. Certes c'est Isis qui nous raconte son histoire, il y a donc sa propre interprétation, celle d'une jeune fille qui n'est pas à l'aise avec son corps, mais toujours est-il que le message véhiculé est confus. D'autant plus que l'autrice nous campe uniquement des personnages beaux, la beauté prônée par notre société actuelle, donc le culte de la minceur (entre autres).

« parce que les garçons ne draguent pas les grosses, en général. » p.8

« Si j'avais été aussi riche que mon ancienne meilleure amie, Gina, j'aurais sans doute eu droit à une liposuccion et à une BMW pour mes seize ans. La BMW aurait sûrement pu fonctionner durant des mois en carburant à la graisse qu'on m'aurait retirée... » p.33

« Donc, je serai gentille. Et je resterai à l'écart. Personne n'a envie de traîner avec quelqu'un de moche. » p.35

« Les moches ne se font pas embrasser – c'est scientifiquement prouvé. » p.48

« Inutile de penser au sexe. Même si les gens moches ont eux aussi des rapports sexuels. » p.90


Conclusion
Je serais curieuse d'avoir vos retours, surtout si vous avez lu ce roman. D'autant plus que, comme je le disais plus haut, j'ai en grande partie choisi ce livre-ci du fait des avis plus que positifs que j'ai pu lire à son propos. Je trouve que ce livre promulgue beaucoup d'images néfastes (culte du mec cruel, de la beauté, réduction du bonheur à être considéré.e par l'autre, etc.) de manière assez inquiétante car insidieuse. En effet, l'autrice tente de parler de viol, de faux consentement à base de chantage ou d'alcool, alors déjà c'est très moyennement fait et en plus ça focalise l'attention d'un.e lecteur.trice rapide sur ces thématiques en mode « ouais c'est cool, t'as vu le bouquin est trop engagé », alors que derrière t'as notamment une couche de grossophobie qui s'étale dans le plus grand des calmes.

4 commentaires:

  1. Je crois que le pire, ce sont les citations pour l'apologie de la beauté... Le reste est pas mal cliché aussi, effectivement. En générale, j'aime lire de la romance, à petite dose. Par contre, pour ce livre-ci, je passe clairement mon tour !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne lis jamais de romance (et surtout pas hétéro haha), mais j'ai tout de même pas mal vu ce livre sur les réseaux sociaux... C'est intéressant de lire ton avis qui tranche avec ce que j'ai pu voir ailleurs. Tes réflexions sont carrément pertinentes je trouve. Et comme toi le cliché du mec d'autant plus séduisant qu'il est désagréable me sort par les yeux, pitié, trouvez-nous autre chose !

    RépondreSupprimer
  3. Mais j'adore tes chroniques ! La façon dont tu exprimes tes ressentis, comment tu les écris, l'abondance de citations ! Je follow sur instagram et chaque fois c'est un bonheur de te lire ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, ton retour est hyper motivant :)

      Supprimer